FRANKY CHITSON (OVEC) : « Certains agents vont contre l’éthique et induisent les étudiants en erreur »

FRANKY CHITSON (OVEC) : « Certains agents vont contre l’éthique et induisent les étudiants en erreur »

L’Overseas Education Centre (OVEC) tiendra à partir du 4 septembre sa foire des universités malaisiennes dans ses locaux, à Moka et Port-Louis. À cette occasion, le directeur de l’OVEC, Franky Chitson, parle de sa collaboration de plus de dix ans avec ces institutions et élabore sur cette destination, où bon nombre de jeunes s’envolent chaque année. Dans l’entretien qui suit, Franky Chitson attire l’attention sur le fait que bien que la Malaisie compte plusieurs institutions, il est important de bien se renseigner afin de bien faire « le bon choix ». S’attardant sur le processus d’inscription, il dit d’ailleurs constater, avec regret, que « certains agents pour la Malaisie vont contre l’éthique et utilisent leur nom pour tromper les étudiants et les induire en erreur ».

En tant que pionnier, l’OVEC se positionne comme le principal centre spécialisé dans l’envoi d’étudiants en Malaisie. Depuis combien de temps travaillez-vous avec les universités malaisiennes ?
C’est en 2003 que l’OVEC a tenu sa première Malaysian Education Fair à Maurice. À cette époque, la Malaisie était encore inconnue des étudiants mauriciens et l’OVEC a trouvé une nouvelle destination qui pourrait rendre l’éducation accessible à ces personnes, qui n’ont pas de grands moyens. Aujourd’hui, cela fait 10 ans que nous envoyons des étudiants dans les plus prestigieuses universités de ce pays.

L’OVEC tiendra sa Malaysian Week la première semaine de septembre…
Oui, comme chaque année, nous tiendrons la Malaysian Open Week du 4 au 11 septembre dans nos locaux de Port-Louis et Moka. Les représentants des institutions malaisiennes seront présents et les étudiants qui souhaitent poursuivre leurs études dans ce pays pourront en profiter pour obtenir plus d’informations sur la destination, de même que d’entamer leurs démarches.

Peut-on comparer la qualité de l’éducation malaisienne avec celle de l’Occident ?  
L’OVEC fait en sorte de ne travailler qu’avec les meilleures universités de Malaisie car il faut préciser que ce pays compte énormément d’établissements. Mais par-dessus tout, nous nous assurons que nos étudiants se rendent dans un endroit sûr et obtiennent une éducation de qualité. Les universités malaisiennes avec lesquelles nous travaillons offrent le même niveau d’éducation qu’en Occident pour plusieurs raisons. D’abord, il y a des “branch campus” entièrement intégrés, comme Monash, Swinburne, Nottingham et Curtin, qui offrent la même qualité et niveau d’éducation que leurs quartiers généraux respectifs au Royaume-Uni et en Australie. Les diplômes que les étudiants obtiennent sont les mêmes que ceux livrés par les Head Campuses. Nous travaillons également avec les universités locales malaisiennes, comme HELP, Taylor’s University, UCSI, IMU et KBU. Ces universités travaillent de multiples façons avec les universités occidentales. C’est pour cela que nous pouvons être rassurés sur leur haut niveau d’éducation.

Les matières les plus prisées en Malaisie sont le droit, la psychologie et les affaires. Comment expliquez-vous cette préférence ?
À partir de notre base de données, nous voyons que ces cours sont en effet les plus appréciés. Mais nous avons aussi des étudiants dans d’autres cours, à l’instar de l’architecture, la psychologie, le Quantity Surveying, l’Actuarial Sciences et l’ingénierie. Nous avons à notre disposition une panoplie d’universités réputées offrant ces cours.

Les universités de ce pays que vous représentez sont-elles approuvées par le ministère de l’Enseignement supérieur de Malaisie (MOHE) ?
Évidemment. Elles sont toutes approuvées par le MOHE. Et c’est d’ailleurs pour cette raison que l’OVEC a, jusqu’ici, été une référence dans ses démarches pour envoyer les étudiants en Malaisie.

L’EMGS est un nouvel organisme malaisien en charge du traitement de visas et de lettre d’approbation de l’étudiant…
En effet. Il faut être conscient des responsabilités du ministère de l’Enseignement supérieur de Malaisie et de l’Education Malaysia Global Service. Et il faut être très prudent car faute d’être bien renseigné, on s’aperçoit que certains agents pour la Malaisie vont contre l’éthique et utilisent leur nom pour tromper les étudiants et les induire en erreur. Cela ternit l’image du gouvernement malaisien et occasionne une perte de confiance vis-à-vis de ses institutions. Le MOHE a la tâche de contrôler la qualité de ses universités et de donner ainsi l’accréditation nécessaire tandis que l’EMGS est en charge du traitement des lettres d’approbation et du visa de l’étudiant. Par conséquent, il est vraiment navrant que certains agents peu scrupuleux utilisent, à tort, les noms de ces corps gouvernementaux pour se promouvoir.

Quelles sont les universités que l’OVEC recommande en Malaisie ? Qu’offrent-elles et pourquoi conseiller aux étudiants de s’y rendre ?
Le mieux, c’est de vous dire quelles sont les universités que nous recommandons en Malaisie. En premier lieu, Monash, Nottingham, Swinburne et Curtin. Ces universités offrent les mêmes cours et le même niveau d’éducation que celles des campus du Royaume-Uni et d’Australie, et ce à un coût abordable. Le diplôme est décerné à partir des universités mères. Ces établissements offrent des cours dans la plupart des domaines, tels l’ingénierie, les affaires et les arts.
Ensuite, il y a les universités locales, lesquelles offrent un excellent enseignement et une très bonne qualité d’éducation. Parmi elles, on trouve L’Université de Taylor, qui dispense des cours de droits et d’architecture, mais aussi de sciences biologiques, entre autres. L’HELP University, elle, offre aussi des cours de droits, mais aussi de science actuarielle, de psychologie et d’hospitalité.
On compte également l’université UCSI, avec notamment des cours de science actuarielle et d’architecture, l’IMU, très connue pour ses cours médicaux (médecine, pharmacie, sciences de la santé…), et KBU, qui propose des cours de l’Université de Nottingham Trent, tels les arts, la décoration d’intérieur, les affaires et l’ingénierie.

Selon votre expérience, que recherche l’étudiant qui veut se rendre en Malaisie ?
D’après moi, ils veulent toujours avoir cette ouverture sur le monde et étudier à l’étranger afin d’apprendre à devenir indépendant et à développer leur caractère et leur personnalité. Il faut admettre qu’il y a beaucoup plus à apprendre et à gagner quand on va étudier à l’étranger. En étudiant en Malaisie, ces jeunes peuvent ainsi vivre cette expérience, qui plus est à un coût abordable. À noter que l’OVEC traite chaque étudiant selon ses propres particularités.

Source – http://www.lemauricien.com/article/franky-chitson-ovec-certains-agents-vont-contre-lethique-et-induisent-les-etudiants-en-erreu

Share this post

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *